30 août 2015 ~ 0 Commentaire

Le miroir

Pour aller plus loin : cliquez ici

imagesCAA1GP5O

Nos chevaux sont notre miroir. Nous les formons à notre image et c’est ce qui est fascinant car s’ils restent farouchement indépendants, ils se comportent également comme une éponge. Ils nous renvoient notre propre image. 

Nous les éduquons à la fois de façon volontaire par le dressage et à la fois de façon involontaire par nos manies, nos habitudes, nos faiblesses, nos angoisses et nos problèmes que nous transférons sur eux. 

Ceci est également vrai sur le plan ostéopathique. Un cavalier aidé par son matériel et ses habitudes de travail va créer des pathologies chez ses chevaux qui seront en lien avec ses propres problèmes. 

Un cavalier qui a mal au dos aura bien souvent des chevaux qui auront également mal au dos. Alors qu’il devrait être très sensibilisé au problème, c’est l’inverse qui se passe.

En fait, le mal de dos doit se gérer comme l’a fait Michel Robert par exemple. Ceux qui en soufrent sont ceux qui ne savent pas le faire. Pourquoi agiraient-il autrement avec leurs chevaux ?

Aussi, pour que le traitement soit véritablement efficace, il faudrait agir à la fois sur le cheval et le cavalier afin de mettre les deux en harmonie. 

Il faut même traiter les problèmes du cavalier avant ceux du cheval.

Sur le plan technique, tous les enseignants savent cela. C’est en modifiant la façon de faire du cavalier que l’on résout les problèmes des chevaux.

Il en est de même sur le plan ostéopathique. Pourtant, combien d’ostéopathes proposent de s’occuper des deux ? je n’en connais pas, même parmi ceux qui traitent aussi bien les humains que les équins.

Ils le font de façon totalement dissociée comme s’il n’y avait aucun lien. Or, il est évident qu’un problème de l’un se répercute obligatoirement sur l’autre. Tout l’art du cavalier consiste d’ailleurs à ne pas se laisser entraîner par son cheval mais le pauvre cheval, lui, n’a pas vraiment le choix. 

Manipuler un cheval risque bien souvent de n’être qu’un emplâtre sur une jambe de bois si le cavalier n’est pas traité en même temps. Pourtant, si l’ostéopathie à mis longtemps pour s’imposer, les cavalier l’appliquent aujourd’hui plus facilement à leur chevaux qu’à eux même et ce pour la simple raison que bien souvent, ils ne sont pas conscient de leurs propres problèmes.

Au delà du classique mal de dos, il existe de nombreuses autres pathologies qui ont une incidence forte sur la santé mais dont les signaux faibles envoyés par le corps ne remontent pas jusqu’à la conscience des cavaliers.

Je pense notamment aux problèmes de stress, d’absence de liens entre les différentes parties du corps, les problèmes au niveau de l’estomac, etc. C’est encore Michel Robert qui en parle dans ses livres. C’est essentiel.

D’autant plus que les problèmes physiques amènent des problèmes mentaux et vis versa. Cela est vrai aussi bien pour les chevaux que pour les humains. 

Le shiatsu, par exemple, inspiré par la médecine chinoise, est parfaitement adapté pour mettre en évidence ces dysfonctionnements qui nous empoisonnent la vie et celle de nos chevaux sans que l’on s’en rende véritablement compte. 

Ces techniques nous permettent de voir la vie autrement. Comme quoi, l’équitation mène à tout et n’a pas de limites. 

Pour aller plus loin : cliquez ici

Je suis Laurent FUMET auteur du livre « 41 mensonges équestres qui vous empêchent de progresser« . J’aide les cavaliers qui travaillent seuls à avoir un cheval heureux et motivé pour pratiquer une équitation sans contrainte grâce à la méthode des 3P (Physique, Psychique, Pratique) car je pense que rien n’est plus important que la compréhension du cheval.

Laisser un commentaire