26 octobre 2013 ~ 2 Commentaires

Les stages

Pour aller plus loin : cliquez ici

Les stages dans Technique 201310210822526211-300x225

un de mes rares concours pro1

Comme je l’ai déjà indiqué dans le chapitre sur l’apprentissage, les stages sont sans intérêt pour développer ses connaissances et celles de ses chevaux.

Ils ne servent qu’à enrichir l’entraîneur plus ou moins prestigieux et donc plus ou moins onéreux.

J’ai mis longtemps à comprendre cela mais depuis, je fais de grosses économies et mes chevaux sont beaucoup plus en confiance. Pourquoi ?

Il y a deux cas possibles ; premier cas, le stage ne vous apporte rien car vous maîtrisez les exercices. Il ne fait que vous rassurer et vous sert d’entrainement. C’est là un moindre mal.

Deuxième cas, l’entraîneur essaye de vous apprendre une multitude de choses que votre cheval ne pourra pas assimiler et certainement vous non plus.

Dans ce dernier cas, deux possibilités se présentent ; le cheval comprend et évolue vite mais de retour à la maison vous aurez perdu une grande partie du bénéfice du stage car il n’aura rien assimilé.

Ou alors, il se braque et le résultat est catastrophique entraînant un retour en arrière à récupérer à la maison.

L’apprentissage d’un cheval doit se faire pas à pas comme l’on monte les marches d’un escalier. Il faut laisser au cheval le temps de comprendre et d’assimiler chaque étape. Cela prend souvent plusieurs semaines alors que les stages vous font croire que vous saurez tout en deux jours. C’est totalement contre productif.

Le cavalier, lui ne va retenir que quelques idées qui de retour à la maison et sorties du contexte ne donneront plus le même résultat.

Dans une formation du cheval et du cavalier, il faut proposer une idée neuve fonction du niveau du couple. Cette idée doit être travaillée par lui jusqu’à une maîtrise correcte.

Ce n’est seulement qu’à ce moment là qu’il est possible de passer à une autre idée. Ainsi, ni le cavalier, ni le cheval ne seront perturbés.

Le cheval vous dira merci car enfin il comprendra ce que vous attendez de lui puisque vos demandes seront toujours identiques.

Les stages profitables sont ceux qui prévoient une progression très lente assise sur des bases solides. Cela suppose qu’ils soient nombreux pour pouvoir évoluer.

Les cavaliers de l’équipe de France de saut d’obstacles, coachés par Henk Nooren, sautaient en stage des obstacles de 50 cm pour travailler leur technique.

Bien sûr, quand le problème est résolu, il est possible d’en aborder un autre mais il faut rester très prudent car poser plusieurs problèmes au cheval dans une même séance est souvent contre productif. Sa capacité de concentration reste très limitée.

Si on veut le faire, il faut dissocier les choses. Par exemple, apprendre au cheval à ne pas bouger au montoir. C’est un exercice à pied. Une fois réalisé, il sera possible de demander un autre nouvel exercice monté.

Mais encore une fois, il faut éviter deux exercices nouveaux pour le cheval dans une même séance si l’on veut cimenter l’apprentissage.

Vous me direz que tout ça est très long mais en réalité c’est la méthode la plus fiable et la plus rapide. Elle permet de gagner et conserver la confiance du cheval ce qui est le plus important.

Dans les stages, on entend souvent : « plus de jambe ci » « plus de main là« . Ces indications sont souvent efficaces sur le moment mais en fait totalement sans intérêt.

Il ne faut pas perdre de vue qu’un cheval dressé n’a besoin ni de main, ni de jambe pour réaliser un exercice.

A contrario, s’il faut utiliser les mains et les jambes, c’est que le cheval n’est pas assez dressé, n’est pas souple ou n’est pas obéissant !

Ne serait-il pas plus judicieux de l’éduquer pour ne plus avoir besoin des mains et des jambes ? un cheval dressé se conduit par la pensée mais vous me direz que dans ce cas, il ne vient pas en stage.

Là encore, il faut faire comprendre au cavalier qu’il doit passer du temps pour apprendre l’exercice au cheval mais qu’ensuite celui-ci doit l’exécuter avec un minimum d’indications du cavalier. C’est la base de toute l’équitation de légèreté.

Je suis Laurent FUMET auteur du livre « 41 mensonges équestres qui vous empêchent de progresser« . J’accompagne les cavaliers à mieux comprendre et respecter leurs chevaux grâce à la méthode des 3P (Physique, Psychique, Pratique).

Pour aller plus loin : cliquez ici

2 Réponses à “Les stages”

  1. Les stages sont sans intérêt! Tout dépend du type de stage et du public concerné. Un stage pour des cavaliers de clubs permet d’aborder des choses qu’il est difficile de voir en cours ou de proposer au élèves un suivi sans interruption sur plusieurs jours.
    Un stage sur un sujet d’intérêt général (il s’agit alors plus de ce que je nomme une « rencontre pedagogique »)permet de transmettre une compétence et d’expliquer des généralités sur la pratique equestre (mécanique du cheval,gymnastique du cavalier au sol,prérequis de la longe,du travail à l’épaule,etc……..).
    Il est certain que des stages avec des intervenants que l’on ne connaît pas n’ont que peu d’intérêt,sauf à se répéter régulièrement. Il faut expertiser le couple et déterminer les problèmes, il faut réfléchir à une progression adaptée,il faut vérifier et éventuellement corriger les étapes proposées…..Le suivi est indispensable.
    Bien sûr,nous parlons là de cavalier amateurs!
    Mais il est vrai que cela fait tellement bien de dire que l’on a travaillé avec tel ou tel nom de l’équitation.

  2. Ne me relisant pas,j’ai laissé passer quelques fautes d’orthographe. Vu que cette dernière ne va plus bientôt exister,je ne suis pas sûr de devoir m’excuser. Mais ma formation scolaire m’y oblige


Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Sportsfr2014 |
Histoirewwepersonaliser |
Tempsdansechecy |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Adgvasso
| Bozena
| Costa Blanca Holidays From ...